La Française des jeux est le seul opérateur de jeux d’argent français qui a connu un bilan positif au cours de l’année 2012 et les sites de casino en ligne! Le « chouchou » du gouvernement français ne semble toutefois pas être satisfait de son résultat. Il désire encore « dépouiller », si on peut le dire, les 9 000 000 Français majeurs qui n’ont pas encore accédé à l’un de ses 35 000 points de vente.

Attirer une grande partie de ces 9 millions vers fdj.fr

Malgré sa croissance de l’année 2013, la Française des jeux ne semble pas être heureuse de ses résultats. L’entreprise détenue principalement par le gouvernement envisage d’exploser son chiffre d’affaires de jeux à partir de cette année en essayant d’attirer les 9 millions des Français encore réticents à l’idée de se rendre aux points de vente FDJ. Comment va-t-elle procéder ? Après une période d’étude de quelques mois, elle a décidé de ne pas aller à l’encontre des attitudes de cette cible. Ces 9 millions n’auront pas à se déplacer pour jouer au casino en ligne. Ils seront attirés vers fdj.fr, la plateforme en ligne de l’opérateur français le plus proche du gouvernement.

Selon Patrick Buffard, directeur général adjoint de la FDJ, l’entreprise fera en sorte de les attirer vers les jeux dont elle a le monopole, à savoir le Loto, l’Euro Millions et les autres jeux de grattage disponibles sur son site. En plus de ces jeux, la plateforme en ligne de l’opérateur étatique permet aux joueurs de prendre part à des paris sportifs et casino virtuel. Malgré ce désir de se trouver perpétuellement au sommet du marché français des jeux d’argent, la FDJ n’a jamais envisagé de proposer des paris hippiques en ligne. C’est peut-être une manière d’éviter des altercations avec l’opérateur PMU. Mais ce n’est pas ce qui nous intéresse dans cet article.

Un changement de l’organisation digitale pour y parvenir

Le site Internet de l’opérateur étatique propose actuellement une quarantaine de jeux. Parmi ces jeux de casino, il y a des jeux qui n’existent que sur ce site. Malgré la richesse de son offre pourtant, fdj.fr ne parvient pas à atteindre la rentabilité d’un point de vente FDJ. Un joueur y dépense seulement 8,90 euros par semaine contre une moyenne de 25 euros en point de vente. En attirant les 9 millions de personnes précitées donc, l’opérateur de jeux espère donc augmenter la rentabilité de son site Internet sans porter atteinte aux chiffres réalisés via ses points de vente.

Cet objectif ne pourra être atteint, selon Patrick Buffard, directeur général adjoint de la FDJ, sans qu’il y ait révision de l’ensemble de l’organisation digitale de l’entreprise. Il y aura également la proposition de nouvelle gamme de jeux et de services pour les utilisateurs d’appareils mobiles.

En adoptant une telle stratégie, la FDJ n’aura pas du mal à préserver sa position actuelle sur le marché des jeux d’argent en ligne et à enregistrer une croissance plus élevée à la fin de l’année, mais attention un concurrent sérieux se positionne c’est 8kasino en ligne.